Les trois oranges

Spectacle pour tous à partir de 4 ans

Conte musical Interactif avec danse (orients, Maghreb),ombres chinoises, chants, percussions et instruments rares

Origine du conte

Ce spectacle est l’adaptation par Laurent Ghénin du contre traditionnel méditerranéen
« Les 3 oranges ». Ce conte nous vient surement d’Orient. On retrouve plusieurs variantes en Espagne ou il est très populaire. La première version écrite est andalouse et date du XVIIème siècle. Alfred de Musset en a écrit une version issue des Asturies : « Les 3 oranges d’amour ». Il a été collecté dans le sud de la France (Ariège, Narbonne, Nièvre…), jusqu’en Iran. Prokofiev en a fait un opéra : « L’amour des 3 oranges ».
Cette adaptation est issue de l’adaptation récente de Michel Hindenoch qui est proche de la version iranienne : « Les filles de l’oranger » ou la belle de l’oranger est changée en oiseau. 
Mais Ici, dans ce conte musical, le rêve du héros Sélim le musicien n’est plus d’avoir une maison mais de délivrer un message de paix et d’amour à travers le monde. Le conte est enrichi d’apparitions et métaphores poétiques et humoristiques : L’olivier, l’âne, le papillon,
la perche, la biche, le cheval…


Le conte, les danses, la musique et les ombres



Ici, les apparitions magiques des 3 femmes auprès de l’eau claire sont l’opportunité de présenter les percussions et les danses du pourtour méditerranéen, essentiellement orientales et maghrébines.
 Des chants et mélopées joués par la flûte indienne de bambou et le santour indien viennent ponctuer le voyage de notre troubadour.
 Depuis 2013, en co-création avec Nuria Rovira Salat, les ombres chinoises créent un univers onirique au sein du conte.

Durée et Public

Le spectacle dure environ 45 minutes et s’adresse à tous les publics à partir de 3 ans.
 Les instruments sont présentés après le spectacle. Quelques mouvements de danse sont proposés aux enfants, parents et anciens sur scène.

Résumé du conte (Adaptation : Laurent Ghenin)

Dans un pays au bord de la Méditerranée vit Sélim. Dans la région, tout autour, c’est la guerre. 
Une nuit, Sélim fait un rêve prémonitoire : Musicien , il partira chanter la paix en ce monde.

 Par deux fois, il quitte son village, rencontre un vieil homme qu’il ignore et chaque fois il rentre fatigué, moqué par un âne. Mais une troisième fois, il aide ce vieil homme qui lui offre trois oranges… magiques : Il devra les ouvrir près d’une eau claire ! ! ! Après deux rencontres, en ouvrant la troisième orange près d’une fontaine de pierre blanche, il rencontre Nejma, sa compagne. 
Ensemble, Ils découvrent leur maison dans la forêt mais Sélim n’oublie pas son rêve, traverse le désert à la rencontre des grands de ce monde en chantant son message de paix :
 “Tape tambour et chante l’amour, c’est la paix qui voit le jour »

Quand Sélim revient de voyage, Nejma a disparue, transformée en colombe 
par une sorcière venue de la forêt. Elle réapparaitra avec l’aide d’un petit enfant.

 Une fois la sorcière brulée, les gens du village font une grande fête pour célébrer 
la fin de la guerre et les retrouvailles de Sélim et Nejma.

 

Quelques références scènes :

Juin 2001 : Auditorium Barba à Longjumeau(91)

12 décembre 2002 : Journée des 2ème rencontres Tsiganes d’Angoulême, representation en théatre devant un public de 800 enfants

2003 : Plusieurs représentations à “La Guinguette Pirate” 75013 Paris

2008-2014 : Écoles élémentaires de Bondy, Drancy et maisons de retraite (Ephad de Bondy, Palaiseau (91), eaubonne (95)), salle Claude Nougaro à Courcouronnes (91), arbre de noël de Doué (77), fondation Rothshild 75014 paris, maison de la providence 75019 Paris
salle Max Jacob (Bobigny), Maison de quartier Romain Rolland de Saint Denis (93)

Octobre 2015 : Festival des “Villes des musiques du monde” à Villetaneuse (93)
2016 : Écoles primaires d’Epinay sur orge (91360) au centre culturel Georges Pompidou
2017 : Maison de l’avocat à Bobigny (93022)
Sessad de Colombes (92700)

 

Association

 

Transik

 

06 62 84 07 88

 

assotransik@yahoo.com